06/12/2008

Monsieurs Bigoudis à Couillet

LETTRE à UN AMI

Lettre de JP DECLERCQ à son ami Yves LARDINOIS.

-----------------------------------

Cher Camarade,
Cher Ami,

Bien aise de savoir que mon fauteuil de toparque provincial a bien pris la forme de ton séant.

Bien aise de voir que, grâce à tes actions la Province renaît. Il fut une époque, la mienne, cette partie du Hainaut n'était que bambochades, spectacles épiques, ménestrels et montreurs d'ours. Aujourd'hui, tu as réussi à porter au pinacle une merveilleuse qualité: celle de la transparence.

En toute camaraderie et toute fraternité (. . .) bien sûr, permets de te donner ce conseil pour devenir le phare provincial: MONTRE-TOI. A ton avantage, cela va sans dire. Tes cheveux. Important tes cheveux. Tes crolles, ta marque de fabrique, celles qui t'ont valu le titre si envié de Monsieur BIGOUDIS et bien, tes crolles il faut en prendre soin, grand soin.

La comm, cher grand ami, la comm... La survie de la Province tient à ses quatre lettres.

Affectueusement et fraternellement. Grosses lèches à toi.

Jean-Pierre, (ex)baron de Monceau

 

29/10/2008

Le tourime en Hainaut piétine

Ca déchire grave pour le moment à la Province de Hainaut.
Acculée au bord du ring à cause de son déficit, voici pas qu'un proche du Ministre LUTGEN déclare que la Région devrait gérer le tourisme en Hainaut car celui-ci ne progresse pas.

Pourtant la Province n'est qu'une fourmillière de compétents. Cinq mille. Cela devrait s'entendre et se sentir!

23:15 Écrit par Nat Janssens dans Province de Hainaut | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hainaut, province, mons, yves, lardinois |  Facebook |

22/08/2008

 A Charleroi, on sait se montrer

L'enseignement provincial

Un avenir pour tous!

C'est le slogan retrouvé à la une du toutes-boîtes qui vante l'enseignement provincial. L'enseignement ou le local de l'étape? Le Couillutois Yves LARDINOIS, député provincial socialiste.
Vous savez celui qui a une perruque grise, toute bouclée comme Harpo le muet des Marx Brothers. Oui, celui qui joue de la harpe.

Pour montrer qu'il existe car comme chacun sait la Province n'a pour ainsi dire aucune compétence, il se montre ... comme son meilleur ennemi l'autre clown Jean-Pierre DC. Il se montre avec l'argent des contribuables. Car qui paye le papier provincial avec sa tronche? Nous, les cocus.

Et toute la symbolique de la photo. Une belle écharpe rouge à la Bruand.

Ah! Ces socialistes! Incorrigibles.
Avez-vous vu un
dirigeant de l'enseignement libre ou de la Communauté placer sa binette sur une publicité? Jamais. Sauf à la Province.

Quand on voit la dégringolade du nombre d'élèves à l'Université du Travail (UT), on peut se poser la question de la compétence de ces dirigeants et de la qualité de l'enseignement.

Un bon point. La buvette des cours du soir est, paraît-il, fermée.

YvesLARDINOISUTprovinnceHt

 

 

 

22/04/2008

Lardinois défend son bout de gras

Notre député (et pas réputé) provincial Yves Lardinois sort un tas de sornettes dans le périodique Rouge-Vif, organe socialiste.

Il défend avec acharnement les institutions provinciales. Il défend son entrecôte si pas son caviar. 

Il ne lui vient jamais à l'idée que le budget de chacune des provinces pourrait être géré par la Communauté, que le personnel provincial devenu communautaire rendrait les mêmes services à la population.

La Province un échelon de pouvoir inutile en 2008. Indispensable au 19e siècle mais obsolète à l'heure des communications instantanées et de la globalisation.

 

Que ferait-on des députés, conseillers, cabinets et toute la clique? 

Evidemment, difficile pour les partis politiques traditionnels de supprimer l'organisation car ils placent à ce niveau de pouvoir les 3es couteaux, les laborieux rapporteurs de voix.
Les petites mains ont aussi droit à leur part de fromage.
Pensons à la délégation hennuyère qui récemment, est partie en voyage d'étude en Hongrie. Combien étaient-ils dans la délégation? 28 ou 30? Je ne sais plus. En tout cas, beaucoup.


22:23 Écrit par Nat Janssens dans Lardinois | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yves, lardinois, depute, provincial, province, ps, couillet, hainaut |  Facebook |

13/11/2007

On sait s'amuser à la province du Hainaut

La croisière s’amuse.

Prévisions pour 2010, vingt-deux millions de déficit. La Province du Hainaut court à la faillite. Pendant ce temps, les conseillers de la province du Hainaut vont se promener en Hongrie.

_ Et pourquoi qui n’iraient pas ?

_ D’accord, mon p’tit bonhomme, pourquoi qui n’iraient pas… avec leurs sous. Mais avec les nôtres, c’est fort de café. A deux ou à trois, passe encore. Mais une délégation de 38 personnes, hum ! hum !

_ Peut-être y a-t-il dans ce beau lot 20 enfants des tours SORLOBO ?

_ Faut pas rêver ! On ne mélange pas torchons et serviettes. On ne mélange pas francs-maçons et assistés sociaux.

Et le programme des réjouissances… A voir sur le site de Pan.

Cliquez ici pour voir l’article.

La Province, un ballon de baudruche. Beau à l'extérieur, pets de nonnes à l'intérieur... et ça ne sent pas bon. 

11/04/2007

La province du HAINAUT un fromage?

Suite de l’article précédent.

En page 3, on site le nom et la fonction de Serge HUSTACHE. Il est député socialiste. La personne qui a composé le texte n’a pas manqué de flatter la gent politique en mettant une majuscule aux mots province, député, cathédrale, ministre, etc. Les règles de typographie n’en admettent pas. Mais enfin, cela fait riche.

En page 8, photos et textes d’un représentant de chaque parti traditionnel. Comme si on avait besoin de voir leur bouille.

En page 13, une photo de l’inoxydable Pierre DUPONT.

Page suivante, nous apprenons que Richard WILLAME est l’ami du ex-directeur du Tour de France et est féru de bicyclette, clette Mariette.

Page 15, le brelan d’as socialistes : Annie TAULET, Richard WILLAME (re), la ministre Christiane VIENNE et le ministre Philippe COURARD.

Page 16, une photo de Gérald MORTGAT.

Page 17, Annie TAULET (re) en photo.

ET pour terminer, cerise sur le gâteau, le krolé couilletois, monsieur Transversalité : le carolo LARDINOIS.

.

Tout le monde est au rendez-vous même le MR Mortgat. C’est bien, il fut un temps où la concurrence n’avait pas sa part du gâteau hennuyer.

Que de liards dépensés pour rien !