08/04/2009

Qui payent le voyage aux USA de nos politiques?

La mission aux Etats-Unis des membres du bureau du parlement wallon n'agrée pas leurs collègues. Invités sur le plateau de "Mise au point" (RTBF), des députés wallons issus des quatre partis démocratiques ont jugé ce déplacement inapproprié et plaidé pour une modification des règles à l'avenir.

Samedi, le président José Happart (PS) s'est envolé à destination d'Albuquerque en compagnie de Michel Lebrun (cdH), Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS), Jean-Pierre Dardenne (MR), René Thissen (cdH) et Maurice Bayenet (PS). Accompagnés de leurs épouses, ces parlementaires sillonneront la Californie, l'Arizona et le Nouveau-Mexique jusqu'au 15 avril. Ce voyage a créé la polémique: participation des compagnes, indemnités journalières de 150 euros, intérêt de la mission, durée de celle-ci, etc.


La suite ICI.

04/03/2009

Attaque et prise d'otages à Charleroi


Sur le ring de Charleroi, un gars roule en direction de Heppignies. Il arrive à un bouchon. Quelqu'un frappe à sa vitre. Le chauffeur baisse la vitre et demande : « Qu'est-ce qui se passe ? »
 
L'autre gars dit :
 

« Des terroristes ont pris en otage Jean-Pierre De Clercq, Jacques VAN GOMPEL, Paul FICHEROULE, Léon CASAERT, Jean-Claude  et Philippe VAN CAU...

« Ils demandent 2 millions d'euros... sinon ils les arrosent d'essence et mettent une allumette dessus...

Alors vous comprenez, on passe à chaque auto pour ramasser des dons. »
 
Le chauffeur demande :
« Et les gens donnent combien ? »
 
Le gars répond : « Ca dépend... 5 à 10 litres.... »

 

21:07 Écrit par Nat Janssens dans Van Gompel | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, elections, socialiste, ransart, jumet, gosselies, gilly, ring, regionale |  Facebook |

09/02/2009

Que du beau à Charleroi!

Heureux! Je suis HEUREUX. J'ai entendu l'échevin du tourisme Antoine TANZILi à la radio. Il vantait les beautés carolorégiennes. Pas croyable, le nombre de chefs-d'oeuvre chez nous. A l'entendre, pourquoi allez à Paris tellement il y a du beau à Charleroi. Le parc de la Serna et de Monceau. Fantastique! La Maison DOrée. Incroyable.

Toine ne doit pas sortir de chez lui.

- Comment Mamy Yvonne?
S'il est déjà parti à la neige comme l'an dernier en pleine année?

... Comment?

Ah! Oui.L'an dernier, il a préféré brosser le conseil communal pour aller skier.

Je te rassure... Le Transparent CDH n'est pas encore parti cette année.

Qu'il attende juillet et août comme tout le monde!

07/02/2009

Ce que gagne un politicien

Ce que Ingrid, Jean-Claude, Philippe, Jean-Jacques, Chastel et les autres reçoivent à la fin du mois.

A part ça! Vous, ça va????

-------------------------------------------------
Nos élus s’éclatent avec notre pognon

Les utilisations “curieuses” de cartes de crédit par notre Mémé Zinzin nationale font apparaître au grand jour des pratiques séculaires sur la perception particulièrement “étrange” qu’ont les mandataires politiques de leur fonction officielle de représentant du peuple : gagner un maximum de pognon et payer de sa poche un minimum de liards !


Avantages à gogo
Mais quels sont d’abord les avantages [en nature] liés à l’exercice d’un mandat politique ?
Le seul pauvre lampiste, en politique, qui ne gagne vraiment pas grand-chose, est le type qui se trouve au plus bas de l’échelle : conseiller communal ou conseiller de CPAS. Ici on parle de jetons de présence qui atteignent les 75 € nets par mois, avec comme seul bonus un abonnement gratuit aux transports en commun et du papier à en-tête de la commune pour rédiger ses interpellations.
Ceci ne vaut que pour le conseiller communal qui ne détient aucun autre mandat, car en général un conseiller de la majorité se voit gratifié d’une belle nomination dans l’une ou l’autre intercommunale, avec souvent à la clé un “return” net de 750 à 1.000 € par mois.
Le cas le plus célèbre étant celui de la compagnie bruxelloise des eaux, la CIBE, où les administrateurs représentant les plus grosses communes bruxelloises bénéficient d’une indemnité mensuelle digne d’un ministre, pour ne venir siéger qu’une fois par mois et signer une fois par semaine, avec mise à disposition d’une limousine et d’un yes-man à képi.

La rémunération d’un bourgmestre ou d’un échevin est calculée selon la population de la commune, et commence à plus ou moins 500 € nets par mois, mais grimpe vite vers les 3.000 et plus [jusqu'à 5000 € nets à Bruxelles-Ville, Charleroi ou Anvers].
Un parlementaire gagne 5.000 € nets par mois et un ministre avoisine les 10.000 € nets, tandis que nos commissaires européens s’approchent des 20.000 € nets.


Transparence Zéro
En général, un bourgmestre, échevin, député, sénateur ou ministre bénéficie de nombreux avantages liés à sa fonction : franchise postale, abonnements gratuits aux transports en commun y compris SNCB, frais et achats de GSM remboursés, Ordinateurs et installation informatique, remboursement des frais de déplacement ou mise à disposition d’une limousine avec chauffeur, assurance hospitalisation, remboursement des frais de représentation, remboursement des frais de déplacement et de séjour lors de missions officielles, intervention partielle dans le loyer de leur maison pour les ministres ainsi que dans les frais de nettoyage par prise en charge d’une femme de chambre.

NI VU, ni connu
Très important aussi : la presse. Un politique ne payera jamais un journal de sa vie, mais par contre il doit tous les avoir chaque jour, et si possible se promener avec une pile de journaux sous le bras, cela fait bien pour l’image de marque, l’érudition et la culture générale.
Et bien entendu, une kyrielle de collaborateurs ou secrétaires payés par les communes groupes, partis, assemblées ou les gouvernements. On l’a vu, les communes qui ne mettent ni limousine ni chauffeur à la disposition des membres du Collège attribuent des “quotas” d’essence à la pompe communale. Facile puisque c’est le Collège lui-même qui décide de ses propres avantages en nature…


Une méthode bien huilée
Mais comme le fonctionnaire communal chargé de procéder aux payements et aux factures est souvent un “chieur né”, on évite toute une série de frais à charge de la commune puisque le receveur communal est un imbuvable.
Car le principe du budget communal est qu’aucune dépense qui ne fasse l’objet d’une allocation budgétaire ne peut être payée, et que toute dépense doit être justifiée en Collège par une facture, et que le receveur peut refuser à tout moment une facture qui lui semble incomplète ou non conforme. Nous attribuerons une mention tout particulière aux députés provinciaux et aux gouverneurs de province, qui peinards à l’ombre, sans tambours ni trompettes, se sont construits un petit nid douillet et tranquille, bien discrètement mais aux avantages en nature colossaux. La députation provinciale ce sont des petits ministres plénipotentiaires chacun dans leur province qui n’est pas loin d’être un ersatz de Club Med.


Des avantages… à la carte

Comme si tout cela ne suffisait pas déjà, les politiques se sont mis à chercher d’autres moyens de “financement”, pour ne pas entamer leur allocation de parlementaire ou de mandataire, des autres frais liés à l’exercice de leur devoir électoral.


Première astuce :
On exerce un mandat à titre “gratuit” dans l’une ou l’autre intercommunale [en fait, comme le politique est un joyeux cumulard, une Loi lui interdit de cumuler plusieurs mandats rémunérés, et la somme de tous ses mandats rémunérés ne peut excéder 1,5 fois le montant de l'indemnité d'un parlementaire. Curieusement, ni les ministres ni le commissaire européen ne sont affectés par cette mesure]. Et comme le mandat est presté gratuitement, on se rattrape en faisant payer par cette intercommunale ou ASBL toute une série de petits frais annexes : cadeaux d’affaires, voyages à finalité débile, petits restos ou sauteries vespérales, missions lointaines, vacances privées, boissons et achats de champagne pour de prétendues réceptions et même de l’habillement.


Deuxième astuce :

On se récupère via l’un ou l’autre mandat exercé au sein de son parti politique, dans un centre d’étude du parti ou au sein des assemblées. On est vice-président du Parlement, chef de groupe, président de commission, rapporteur de l’un ou l’autre brol ou surtout questeur d’un parlement [superbe job, on y contrôle à la romaine les dépenses de tout le Parlement, alors d'autant facile de se commander en douce des palettes de champagne millésimé]. Ici le groupe ou le parti met à disposition : voiture, chauffeur, secrétaires, collaborateurs et photocopieuse à volonté ; et rembourse illico tous les frais de bouche, de séjour, de mission et de déplacement. Par ici la bonne sou-soupe. Attention, pour une raison qui nous échappe totalement, une Loi du monde politique veut que toutes les réunions de travail se fassent toujours à midi ou en soirée, et que par manque de place ou de salles, ces réunions doivent malheureusement toujours se tenir dans un restaurant étoilé, le tout accompagné d’une bonne bouteille pour aider à faciliter l’élocution ou la production intellectuelle du mandataire et de son équipe de travail.


Troisième astuce :
On fait payer certaines prestations par des sociétés “amies” ou par des sponsors qui vous témoignent, par ce geste, un remerciement généreux pour les services rendus. Cela peut aller de la prise en charge de certaines factures [surtout d'affiches, d'imprimés et de tracts électoraux] à divers frais [mise à disposition d'une voiture], et le plus imparable de tous : la mise à disposition d’une carte de crédit en faveur du politique, carte au nom de la société. Tous les frais atterrissent directement, et incognito, dans la comptabilité de la société “amie”, sans aucune trace d’utilisation par un politique. C’est “bingo assuré”, en toute discrétion. Nous ne parlerons pas des célèbres enveloppes, ni des pourcentages automatiques pour l’un ou l’autre permis de construire, des pratiques dignes de la loi du sol et du talion, qui feront toujours la légende de l’un ou l’autre, mais dont la confidentialité bien gardée ne permet aucune estimation [sauf pour Hermanus qui était allé en prendre livraison au bar de l'Hôtel Royal à Luxembourg].

Le manque de crédit des politiques
Mais finalement, que paye réellement un mandataire politique comme frais ?
En gros, le politicien paye de sa poche ses pensions alimentaires et l’entretien de ses maîtresses [budget conséquent], le revenu cadastral de ses propriétés et quelques assurances personnelles [épargne-pension, branche 23, actions Fortis de bon père de famille, habitation, RC familiale] ainsi que les frais scolaires de sa progéniture. Ce sont souvent les seules choses qu’il ne parvient pas [ou ne veut pas pour des raisons de discrétion] faire supporter par la commune, le parti, le groupe ou le parlement.

Quand vous cumulez la somme conséquente de ce qu’un politique gagne par mois, et celle des frais qu’il ne paye pas par mois, vous vous rendez compte de l’intérêt de faire une longue et fructueuse carrière en politique, qui vous permet de mettre de côté des montants considérables [bonjour Gros Louis].

Et comme si cela ne suffisait pas, le politique a lui-même mis en place un juteux système destiné à assurer ses vieux jours : pension royale payée par la commune, le Parlement ou le Gouvernement à partir d’une certaine ancienneté, indemnité de départ en cas de non ré-élection pour les parlementaires, et mise à disposition de collaborateurs pendant 2 à 5 ans pour les ministres sortants de charge. La rente assurée, car avec 20 ans de mandat, vous avez droit à une pension complète. Alors que vous, pauvres crétins, il vous faudra 40 ans de carrière pour toucher une pension minable.

Historiquement, ce sont les socialistes qui ont voulu que les mandats politiques soient rémunérés, afin que les représentants du peuple puissent faire de la politique sans perte de salaire. Car souvent c’était le notaire ou le médecin du village qui était “dans” la politique, et la gratuité des mandats ne leur posait pas de souci financier. On devait assurer au peuple de pouvoir faire de la politique, mais sans mettre les camarades dans la misère. On a vu ce que cela a donné, avec des politiciens qui se permettent le luxe de faire brûler des millions [du temps de Frank Vandenbroucke au SP]. Résultat : il est toujours ministre…

La politique ? C’est un “win for life” permanent, c’est bingo tous les jours !

Winston UBU

Vu et lu dans PAN à cette adresse

Ne les mettons pas tous dans le même sachet. J'en connais un qui ne mange pas de ce pain-là.

03/12/2008

Comment devenir riche?

Comment devenir riche rapidement?

Bien simple. Deux solutions s'offrent à toi.

La première, faire de la politique. Evidemment faut savoir flatter, caresser dans le sens du poil. Pas besoin de morale. En avoir est même un désavantage.  Tous les coups sont permis pour arriver à ses fins.

La deuxième, créer une nouvelle religion. On prend une qui a déjà servi et on la relouque.
Bon! D'accord! Il faut du charisme, savoir parler et être convaincant. Mais à Charleroi, c'est beaucoup plus facile. Depuis 30 ans, nos élus ont abandonné le devoir de donner le goût de l'effort et de l'excellence.

Plus il y a d'ignares, pensent nos rouges politiciens, plus les électeurs seront manipulables.

Aaaah!!! Jules Destrée et Paul Pastur doivent se retourner dans leur tombe.

 

24/11/2008

Le Roi se meurt. Vive le roi

Crénom d'un petit bonhomme en mousse! V'là ti pas que mon dieu, mon icône, le roi des gentlemen se suicide... politiquement. Mon affliction me fait perdre la raison quand, ce matin, la presse révèle l'abdication de Jean-Claude Ier, fils d'André et père du futur Phiphi Ier.

Qu'a-t-il notre pèpère?  Un coup de blues, un état dépressif ou une envie de se lancer dans la carrière de barbouilleur???

Ses groupies lobotomisées toujours prêtes à le bètcher à la sortie de la Maison des Huit Heures porteront le deuil. Pendant trois ans. Espérant son retour, tel le Dieu judaïque, aux communales.

Van Cau est cuit. Ses pieds nickelés de même. Une époque se termine. Mais d'autres pousses du parti $cabreux attendent. Vigilance. Vigilance.

04/11/2008

A Charleroi, une grande famille qui s'aime

L'homme à la tête de pépé-phoque, Jean-Claude VC, en a gros sur la patate. Crise d'urticaire ce samedi.  Il a profité de son discours d'ouverture au Salon des arts ménagers de Charleroi pour se lâcher sur certains petits camarades  écarlates. Belle fraternité socialiste ! Vas-y,  Jean-Claude ! Lâche-toi ! Prrrrroûte !

ça va mieux maintenant ? Faut le comprendre, IZNOGOUD le grand vizir a été crocheté par les jeunes ambitieux MASSIN, FICHEROULLE et COLICIS.


Faut le comprendre, le pèpère. Mais aussi le ménager. Il va nous faire une congestion. Que serait la vie de  BOZO Jean-Pierre sans son Auguste ?

 

02/11/2008

 A Charleroi, on a de la clâaaasse

Onze voitures de fonction et onze chauffeurs pour 11 échevins. Ventre saint gris! C'est là l'écurie d'un cheick en blanc?

Le 1er échevin de Charleroi Paul FICHEROULLE, roule qui? Ma poule.
Bref! Ficheroulle déclare que la voiture coûte 800 euros par mois à la Ville. Il oublie, le bougre, de compter le salaire du chauffeur.


Et je me pose la question de savoir si cet échevin-député CUMULARD à la Région wallonne et à la Communauté s'en sert pour se rendre à son 2d boulot?

A Charleroi, on sait se montrer généreux envers les représentants des pauvres.

02/10/2008

A Jumet. A Gilly. A Gosselies. A Marcinelle... on est

CHARLEROI1

21/08/2008

Ahhh!!! Internet messager de mensonges

C'est parfaitement honteux ce que l'on propage actuellement sur le Net!

Il y a encore des gens au PS qui ne sont pas d'abord animés par les problèmes des gens avant d'être animé par leurs intérêts.

1belgeSUR7estPauvre

 

19/08/2008

 Syndicaliste carolo,ça coûte???

Nos mandataires publics ont déposé la liste de leurs mandats. Enfin presque tous. Il est quand même étrange que des hommes politiques ne respectent pas les lois qu'ils votent.  Bref, pour ceux qui veulent http://www.democratielocale.info/liste_mandats_MB14aout08...

Voilà les mandats du gochenéen Marcel, syndicaliste socialiste de Charleroi.

Bierlaire Marcel

* IFAPME Membre du comité de gestion     

Rémunéré

* SOWALFIN Membre du comité d'orientation

Rémunéré

* IGRETEC Administrateur                        

Rémunéré 1/01/07 29/06/07

* SRIW Membre du comité d'orientation     

Rémunéré

* Centre de Coordination d'étude et de formation CCEF Administrateur

Non rémunéré

* Centre de Perfectionnement pour Employés des Provinces de Hainaut et de Namur CPEHN Administrateur

Non rémunéré 1/01/07 18/07/07

* Logis châtelettain (le) Administrateur                

Rémunéré 1/01/07 1/12/07

* TEAC asbl Administrateur                       

Non rémunéré

* Centre Régional Syndical de Charleroi sc Administrateur

Non rémunéré

* CESRW Expert                                       

Non rémunéré

* FGTB Charleroi Président                       

Non rémunéré 1/01/07 31/03/07

* SETCa Charleroi Secrétaire général                  

Rémunéré

* SOCAREP scrl Administrateur                          

Non rémunéré

* Caractères asbl Administrateur                         

Non rémunéré

* CCE Châtelet asbl Président du conseil d'administration

Non rémunéré

* Centre Compétence Management et Commerce Membre du comité

d'accompagnement

Non rémunéré

* HF Formation asbl Administrateur           

Non rémunéré 1/01/07 18/07/07

* IFPM asbl Membre du comité de gestion  

Non rémunéré 1/01/07 18/07/07

* Maison de l'Employé Administrateur-gérant       

Non rémunéré

* OSERA Administrateur                                     

Non rémunéré

* WAN asbl Administrateur                        

Non rémunéré 1/01/07 18/07/07

* Design et Innovation asbl Administrateur

Non rémunéré

 

13/08/2008

Cela se saurait

Si les socialistes apportent le bonheur et la richesse, cela se saurait à Charleroi... depuis qu'ils y sont au pouvoir.

13/07/2008

La police à Charleroi. Croquignolet.

Pour en savoir plus sur les moeurs à la police de Charleroi.

Comme "dirait " La Nouvelle Gazette": Fier d'être Carolo.Clin d'oeil

Cliquez z'ici

20/06/2008

Devise socialiste à Charleroi

Se servir avant de servir.

12/07/2007

Les cours de vacances de Laurence de Charleroi

La fifille de son papa, l’échevine WILGAUT, du 3e Age va avoir du travail ces vacances. Pas question de se dorer au soleil.

Programme de la semaine :

Lundi, cours de tango avec l’Argentin de Carcassonne ;

Mardi, le point mousse.

Déjà au travail, ma Laurence ! Pas facile, n’est-ce pas. Comment tu confonds déjà avec le point de riz ! Mais, non Laurence, rien avoir avec les Chinois qui meurent de faim.

Ensuite, mercredi, cours de cuisine… diététique, naturellement ;

Jeudi, enfilage de perles au Centre du 3e Age de Marcinelle de 9 à 12 heures ;

Vendredi, cours au centre d’Audiologie.

Sujet : Comment améliorer son audition. Afin de pouvoir capter mieux les murmures concernant parrain VAN CAURLEONE. Maintenant que Filou est dégommé, c’est toi qui te farcit le boulot.

Dure, dure la vie d’échevine !

02/07/2007

Un tailleur de Charleroi dans mon viseur

Sketche de Fernand RAYNAUD : "Y a comme un défaut"

Raté! C'est il professore Jean-Jacques VISEUR. Faudrait qu'il communique le nom de son tailleur... pour que je n'y aille pas. Ou alors Jésus a raté son coup lors de la construction de son digne représentant sur terre. Doux Jésus, va!VISEURcollègeNB

24/06/2007

Gosseliens. Gosseliennes. Chuuut!

Gosseliens, Gosseliennes, laissez-le en paix. Ce jourd’hui, le Tour St Jean serpente de chapelles en potales dans votre chère cité. Hé bien, si vous voyez un frénétique serreur de pognes, un rouleur de ronds de jambes, un baiseur de mamys, laissez-le en paix. Laissez-lui ses certitudes. Dites-lui qu’il sera toujours notre bourgmestre. Si vous aimez le genre humain, sauvez-le, comme dans sa chanson préférée. Avec égard et gentillesse. Chuuuut ! Léon passe. Pauvre Léon ! Il se croit toujours mayeur.

13/06/2007

Les branques-guignols à Charleroi

La troupe des Branques-guignols quittent Charleroi. La clique VAN CAU, ceux qui n’ont jamais rien fait, la main sur le cœur et l’autre sur …, nous quitte. Zio Elio en a voulu ainsi. Il était temps qu’il ouvre les yeux. L’Amour qui rend aveugle ou la peur des gonflettes de Jean-Claude Ier l’ont amener trop longtemps à tergiverser.

Et maintenant, pour masquer la défaite du parti, donc la sienne en temps que président du PS, il rejette la déculottée sur Charleroi. Charleroi, encore Charleroi. Décidément, un bouc émissaire commode.

Faudrait quand même lui dire à Zio que le pouvoir socialiste, depuis des décennies, a été le fossoyeur de la Wallonie. Les gens semblent comprendre. Un peu. Pas trop. Progressivement. Faudra du temps pour ne plus écouter les sirènes socialistes. Elles sont pourtant si belles et chantent si bien !

05/06/2007

Jumet place Francq

placeFRAncqAJt

14:00 Écrit par Nat Janssens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rue, francq, kiosque, carte postale, ancienne, jumet, place |  Facebook |

29/05/2007

Démagogie socialiste à Charleroi

DELBEQUE+leon

Démago le DELBEQUE?

Il promet. Or, que signifie le verbe promettre : annoncer , prédire. Il n’assure pas que les pensionnés auront une augmentation de 12 %, il prédit… sans obligation de résultats.

Et à qui a-t-il envoyé cela ? A ma mamy Yvonne. Aux faibles, aux innocents. A ceux qui espèrent.

« Faut pas croire les socialos, mamy Yvonne ». Pourquoi touches-tu si peu de pension ? Parce que les socialistes ont paupérisé la moitié de la Belgique. Ta p’tite pension, tu la dois aux socialistes, à leur gestion désastreuse de la Wallonie.

Ne dit-on pas « Copain comme coquin ». En parlant de coquin, l’autre à gauche de l’image, celui dont les ronds de jambes émoussent les plus endurcies au bal des vis paltots, regarde-le bien mamy Yvonne. Il n’en a plus pour longtemps. A l’hôtel de ville, s’entend. Non, je n’ai pas dit 100 ans à l’hôtel de ville. "Décidément, tu deviens sourde, mamy".

14/04/2007

Le château MONDRON à Jumet Hamendes

JJUMETchateauMONDRON2Vieille carte postale du château Mondron situé à Jumet-Hamendes.

08:41 Écrit par Nat Janssens dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carte, postale, jumet, mondron, hamendes, chateau |  Facebook |

17/12/2006

VC de Charleroi bouffe bien

Un article du magazine Père Ubu paru vers octobre 2006.

Pour voir le menu de disette de VAN CAU senior. Cliquez ici.Pour plus de netteté, cliquez sur la loupe.

C'est cela, la gauche caviar.

13/12/2006

Démission demandée à Charleroi

Pour changer l'image de Charleroi, Antoine nous offre un bout de métro en plus. C'est bien.

Comme quoi, un malheur peut provoquer le mouvement.

Revenons à l'image de notre ville. Quand on vous demande où vous habitez et que l'on répond Charleroi, les gens s'apitoient sur votre sort.

Merci les politiques! Merci à ceux qui ont voté pour eux. Il est temps de tourner la page ou, plutôt, de commencer un nouveau cahier. Pour cela, ne gardons plus de trace du passé. Que les échevins rescapés et le petiot de V.C. fassent un pas de côté comme dirait l'autre. La population n'a pas confiance en eux. Tournons la page.

"Ils ont été élus démocratiquement" dira l'homme à la tête de bébé-phoque. Oui, le 4 octobre. Qu'en serait-il aujourd'hui après les nouvelles affaires mises à jour par la justice. Si la juge n'avait pas attendu l'après-élection pour les dévoiler, le PS serait dans l'opposition.

08/12/2006

Drôle d'ASBL à Charleroi

La justice s'intéresse à l'ASBL Charnoy.Com dont le but est de "promouvoir l'image de Charleroi et de sa région". Tu parles, Charles.

Présentations.

Secrétaire = David Zimmerman, celui qui est soupçonné dans le marché des photocopieuses pour la Ville;

Conseil d'administration: Van Cau Junior, le fils du propriétaire de l'ïle Maurice;

Patrick Enseval, ancien chef de cabinet de Van Gompel, arrêté dans l'affaire de la Carolorégienne;

Divers fournisseurs que l'on retrouve comme sponsors des clubs de la Ville.

A la Justice de trouver des preuves de magouillages. Rappelons que Junior a été élu échevin par son papa.

Place de la Station à Jumet

JUMETplaceStationPlace de la Station à Jumet. Vieille carte postale.

08:10 Écrit par Nat Janssens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jumet, carte, postale, station, place, vieille, charleroi |  Facebook |

04/12/2006

Charleroi et l'installation de son collège

Aujourd'hui, installation du nouveau collège à l'hôtel de ville à 18 heures 30.

Et si des dissidents PS formaient une nouvelle liste pour débarquer les vieux bourrins qui ont trempé dans le système Van Cau.

12/11/2006

Charleroi et le commerce en centre-ville

Dans le dernier Charleroi Magazine, voilà une partie de l'article que l'on trouve en page 14. Titre: Le centre-ville est l'affaire de tous...

"Les premiers responsables du déclin du commerce dans le centre-ville et dans les anciennes communes, ce sont quand même les clients! Ce sont eux qui décident de faire leurs achats dans les grandes surfaces et dans les complexes commerciaux."

Bon, ben voilà! C'est de notre faute maintenant.

Pourquoi les clients préfèrent-ils les centres commerciaux?

- parce qu'ils sont plus propres. Promenez-vous à la rue Neuve et vous verrez

les taches de gras sur les trottoirs, les châssis lépreux, les papiers à terre...

- parce qu'ils sont plus sûrs. Certains rues invitent à presser le pas en raison d'une faune et d'une flore peu commune.

- parce que les emplacement de parcage sont gratuits et nombreux. Si le politique avait prévu plus de parkings, peut-être que...

Mais qui a permis à ces centres commerciaux de proliférer? Les politiques, ceux qui nous gouvernent.

Et on veux encore construire un centre commercial gigantesque dans le quartier du Palais des Beaux-arts. Et qui poussaient sur l'accélérateur pour que ce complexe commercial se construise? Van Cau et son ami Lebrun.

Rejeter la faute du périclitement du commerce au centre-ville sur les clients, c'est facile.

L'auteur de l'article est anonyme. Voulait-il seulement dédouaner la ville aux yeux des commerçants?

Le château Baudoux à JumetJJUMETchateauBaudoux

10/11/2006

Château Mondron

Le château Mondron à Jumet.JJUMETchateauMONDRON2

21:33 Écrit par Nat Janssens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chateau, chateau, mondron, jumet |  Facebook |

03/11/2006

Lucien Cariat, échevin carolo

Suite d'hier. N'oublions pas que Lucien Cariat, le professeur de dessin et de travail manuel qui a géré l'ICDI de façon autocratique, est inculpé de faux, usage de faux et détournement de fond public.

02/11/2006

Le carolo Cariat ne manque pas d'air.

A Charleroi, le présumé innocent, Lucien CARIAT jette un nouveau rideau de fumée pour cacher ces activités présumées délictueuses.

Selon lui, ce qu'il lui arrive est dû à son refus de vendre l'ICDI au privé. Egalement en raison de son indépendance vis-à-vis de Van Cau.

Voilà qui est dit après avoir attaqué le ministre Courard pour ses propos "désobligeants" à son égard.

Décidemment, il y en a qui ne manque pas de culot.