08/04/2009

Qui payent le voyage aux USA de nos politiques?

La mission aux Etats-Unis des membres du bureau du parlement wallon n'agrée pas leurs collègues. Invités sur le plateau de "Mise au point" (RTBF), des députés wallons issus des quatre partis démocratiques ont jugé ce déplacement inapproprié et plaidé pour une modification des règles à l'avenir.

Samedi, le président José Happart (PS) s'est envolé à destination d'Albuquerque en compagnie de Michel Lebrun (cdH), Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS), Jean-Pierre Dardenne (MR), René Thissen (cdH) et Maurice Bayenet (PS). Accompagnés de leurs épouses, ces parlementaires sillonneront la Californie, l'Arizona et le Nouveau-Mexique jusqu'au 15 avril. Ce voyage a créé la polémique: participation des compagnes, indemnités journalières de 150 euros, intérêt de la mission, durée de celle-ci, etc.


La suite ICI.

04/03/2009

Attaque et prise d'otages à Charleroi


Sur le ring de Charleroi, un gars roule en direction de Heppignies. Il arrive à un bouchon. Quelqu'un frappe à sa vitre. Le chauffeur baisse la vitre et demande : « Qu'est-ce qui se passe ? »
 
L'autre gars dit :
 

« Des terroristes ont pris en otage Jean-Pierre De Clercq, Jacques VAN GOMPEL, Paul FICHEROULE, Léon CASAERT, Jean-Claude  et Philippe VAN CAU...

« Ils demandent 2 millions d'euros... sinon ils les arrosent d'essence et mettent une allumette dessus...

Alors vous comprenez, on passe à chaque auto pour ramasser des dons. »
 
Le chauffeur demande :
« Et les gens donnent combien ? »
 
Le gars répond : « Ca dépend... 5 à 10 litres.... »

 

21:07 Écrit par Nat Janssens dans Van Gompel | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, elections, socialiste, ransart, jumet, gosselies, gilly, ring, regionale |  Facebook |

07/02/2009

Ce que gagne un politicien

Ce que Ingrid, Jean-Claude, Philippe, Jean-Jacques, Chastel et les autres reçoivent à la fin du mois.

A part ça! Vous, ça va????

-------------------------------------------------
Nos élus s’éclatent avec notre pognon

Les utilisations “curieuses” de cartes de crédit par notre Mémé Zinzin nationale font apparaître au grand jour des pratiques séculaires sur la perception particulièrement “étrange” qu’ont les mandataires politiques de leur fonction officielle de représentant du peuple : gagner un maximum de pognon et payer de sa poche un minimum de liards !


Avantages à gogo
Mais quels sont d’abord les avantages [en nature] liés à l’exercice d’un mandat politique ?
Le seul pauvre lampiste, en politique, qui ne gagne vraiment pas grand-chose, est le type qui se trouve au plus bas de l’échelle : conseiller communal ou conseiller de CPAS. Ici on parle de jetons de présence qui atteignent les 75 € nets par mois, avec comme seul bonus un abonnement gratuit aux transports en commun et du papier à en-tête de la commune pour rédiger ses interpellations.
Ceci ne vaut que pour le conseiller communal qui ne détient aucun autre mandat, car en général un conseiller de la majorité se voit gratifié d’une belle nomination dans l’une ou l’autre intercommunale, avec souvent à la clé un “return” net de 750 à 1.000 € par mois.
Le cas le plus célèbre étant celui de la compagnie bruxelloise des eaux, la CIBE, où les administrateurs représentant les plus grosses communes bruxelloises bénéficient d’une indemnité mensuelle digne d’un ministre, pour ne venir siéger qu’une fois par mois et signer une fois par semaine, avec mise à disposition d’une limousine et d’un yes-man à képi.

La rémunération d’un bourgmestre ou d’un échevin est calculée selon la population de la commune, et commence à plus ou moins 500 € nets par mois, mais grimpe vite vers les 3.000 et plus [jusqu'à 5000 € nets à Bruxelles-Ville, Charleroi ou Anvers].
Un parlementaire gagne 5.000 € nets par mois et un ministre avoisine les 10.000 € nets, tandis que nos commissaires européens s’approchent des 20.000 € nets.


Transparence Zéro
En général, un bourgmestre, échevin, député, sénateur ou ministre bénéficie de nombreux avantages liés à sa fonction : franchise postale, abonnements gratuits aux transports en commun y compris SNCB, frais et achats de GSM remboursés, Ordinateurs et installation informatique, remboursement des frais de déplacement ou mise à disposition d’une limousine avec chauffeur, assurance hospitalisation, remboursement des frais de représentation, remboursement des frais de déplacement et de séjour lors de missions officielles, intervention partielle dans le loyer de leur maison pour les ministres ainsi que dans les frais de nettoyage par prise en charge d’une femme de chambre.

NI VU, ni connu
Très important aussi : la presse. Un politique ne payera jamais un journal de sa vie, mais par contre il doit tous les avoir chaque jour, et si possible se promener avec une pile de journaux sous le bras, cela fait bien pour l’image de marque, l’érudition et la culture générale.
Et bien entendu, une kyrielle de collaborateurs ou secrétaires payés par les communes groupes, partis, assemblées ou les gouvernements. On l’a vu, les communes qui ne mettent ni limousine ni chauffeur à la disposition des membres du Collège attribuent des “quotas” d’essence à la pompe communale. Facile puisque c’est le Collège lui-même qui décide de ses propres avantages en nature…


Une méthode bien huilée
Mais comme le fonctionnaire communal chargé de procéder aux payements et aux factures est souvent un “chieur né”, on évite toute une série de frais à charge de la commune puisque le receveur communal est un imbuvable.
Car le principe du budget communal est qu’aucune dépense qui ne fasse l’objet d’une allocation budgétaire ne peut être payée, et que toute dépense doit être justifiée en Collège par une facture, et que le receveur peut refuser à tout moment une facture qui lui semble incomplète ou non conforme. Nous attribuerons une mention tout particulière aux députés provinciaux et aux gouverneurs de province, qui peinards à l’ombre, sans tambours ni trompettes, se sont construits un petit nid douillet et tranquille, bien discrètement mais aux avantages en nature colossaux. La députation provinciale ce sont des petits ministres plénipotentiaires chacun dans leur province qui n’est pas loin d’être un ersatz de Club Med.


Des avantages… à la carte

Comme si tout cela ne suffisait pas déjà, les politiques se sont mis à chercher d’autres moyens de “financement”, pour ne pas entamer leur allocation de parlementaire ou de mandataire, des autres frais liés à l’exercice de leur devoir électoral.


Première astuce :
On exerce un mandat à titre “gratuit” dans l’une ou l’autre intercommunale [en fait, comme le politique est un joyeux cumulard, une Loi lui interdit de cumuler plusieurs mandats rémunérés, et la somme de tous ses mandats rémunérés ne peut excéder 1,5 fois le montant de l'indemnité d'un parlementaire. Curieusement, ni les ministres ni le commissaire européen ne sont affectés par cette mesure]. Et comme le mandat est presté gratuitement, on se rattrape en faisant payer par cette intercommunale ou ASBL toute une série de petits frais annexes : cadeaux d’affaires, voyages à finalité débile, petits restos ou sauteries vespérales, missions lointaines, vacances privées, boissons et achats de champagne pour de prétendues réceptions et même de l’habillement.


Deuxième astuce :

On se récupère via l’un ou l’autre mandat exercé au sein de son parti politique, dans un centre d’étude du parti ou au sein des assemblées. On est vice-président du Parlement, chef de groupe, président de commission, rapporteur de l’un ou l’autre brol ou surtout questeur d’un parlement [superbe job, on y contrôle à la romaine les dépenses de tout le Parlement, alors d'autant facile de se commander en douce des palettes de champagne millésimé]. Ici le groupe ou le parti met à disposition : voiture, chauffeur, secrétaires, collaborateurs et photocopieuse à volonté ; et rembourse illico tous les frais de bouche, de séjour, de mission et de déplacement. Par ici la bonne sou-soupe. Attention, pour une raison qui nous échappe totalement, une Loi du monde politique veut que toutes les réunions de travail se fassent toujours à midi ou en soirée, et que par manque de place ou de salles, ces réunions doivent malheureusement toujours se tenir dans un restaurant étoilé, le tout accompagné d’une bonne bouteille pour aider à faciliter l’élocution ou la production intellectuelle du mandataire et de son équipe de travail.


Troisième astuce :
On fait payer certaines prestations par des sociétés “amies” ou par des sponsors qui vous témoignent, par ce geste, un remerciement généreux pour les services rendus. Cela peut aller de la prise en charge de certaines factures [surtout d'affiches, d'imprimés et de tracts électoraux] à divers frais [mise à disposition d'une voiture], et le plus imparable de tous : la mise à disposition d’une carte de crédit en faveur du politique, carte au nom de la société. Tous les frais atterrissent directement, et incognito, dans la comptabilité de la société “amie”, sans aucune trace d’utilisation par un politique. C’est “bingo assuré”, en toute discrétion. Nous ne parlerons pas des célèbres enveloppes, ni des pourcentages automatiques pour l’un ou l’autre permis de construire, des pratiques dignes de la loi du sol et du talion, qui feront toujours la légende de l’un ou l’autre, mais dont la confidentialité bien gardée ne permet aucune estimation [sauf pour Hermanus qui était allé en prendre livraison au bar de l'Hôtel Royal à Luxembourg].

Le manque de crédit des politiques
Mais finalement, que paye réellement un mandataire politique comme frais ?
En gros, le politicien paye de sa poche ses pensions alimentaires et l’entretien de ses maîtresses [budget conséquent], le revenu cadastral de ses propriétés et quelques assurances personnelles [épargne-pension, branche 23, actions Fortis de bon père de famille, habitation, RC familiale] ainsi que les frais scolaires de sa progéniture. Ce sont souvent les seules choses qu’il ne parvient pas [ou ne veut pas pour des raisons de discrétion] faire supporter par la commune, le parti, le groupe ou le parlement.

Quand vous cumulez la somme conséquente de ce qu’un politique gagne par mois, et celle des frais qu’il ne paye pas par mois, vous vous rendez compte de l’intérêt de faire une longue et fructueuse carrière en politique, qui vous permet de mettre de côté des montants considérables [bonjour Gros Louis].

Et comme si cela ne suffisait pas, le politique a lui-même mis en place un juteux système destiné à assurer ses vieux jours : pension royale payée par la commune, le Parlement ou le Gouvernement à partir d’une certaine ancienneté, indemnité de départ en cas de non ré-élection pour les parlementaires, et mise à disposition de collaborateurs pendant 2 à 5 ans pour les ministres sortants de charge. La rente assurée, car avec 20 ans de mandat, vous avez droit à une pension complète. Alors que vous, pauvres crétins, il vous faudra 40 ans de carrière pour toucher une pension minable.

Historiquement, ce sont les socialistes qui ont voulu que les mandats politiques soient rémunérés, afin que les représentants du peuple puissent faire de la politique sans perte de salaire. Car souvent c’était le notaire ou le médecin du village qui était “dans” la politique, et la gratuité des mandats ne leur posait pas de souci financier. On devait assurer au peuple de pouvoir faire de la politique, mais sans mettre les camarades dans la misère. On a vu ce que cela a donné, avec des politiciens qui se permettent le luxe de faire brûler des millions [du temps de Frank Vandenbroucke au SP]. Résultat : il est toujours ministre…

La politique ? C’est un “win for life” permanent, c’est bingo tous les jours !

Winston UBU

Vu et lu dans PAN à cette adresse

Ne les mettons pas tous dans le même sachet. J'en connais un qui ne mange pas de ce pain-là.

03/02/2009

EYenga échevin-brosse

Alain a fait son show devant les caméras.
Ah! C'est gentil d'avoir prévenu la presse.
C'est délicat de la part du nouvel échevin de la Propreté.
Deux jours après son investiture, joli coup de pub.

C'eut été fait dans l'anonymat et la discrétion, alors chapeau! Mieux comprendre le travail des hommes que l'on commande, d'accord mais parader suivi des Rouletabille de service, désolé Alain, ça sent le populisme.

Bon d'accord, tu as des antécédents. T'avais déjà balayé Gosselies, en partie, avec ton fan-club avant les élections communales.

Et depuis cette opération-brosses, combien de fois t'avais remis le couvert???

 

 

18/01/2009

Un propret Monsieur Propre

Voilà, je réapparais. Je baille. Je m'étire. L'hibernage se termine.

Quoi de neuf en l'an 9?

- Quoi! Mamy Yvonne?

- Un homme nouveau est arrivé à Charleroi.

- Ah bon! J'ai pas entendu qu'Obama venait à Charleroi.

Comment bien mieux qu'Obama... pourtant Obama.

- I' se prénomm Alain. Il est grand et fort et souriant et avenant et bien propre sur lui. ET échevin.

- Alain qui?? Tu sais je plane encore. Faut l'temps que je débarque.

- Alain EYENGA.

- Ah! bon! Ah! oui! le conseiller communal brugeois.

- Comment brugeois? Il est de Chicagosselies.

- Je disais cela parce qu'il est bleu et noir. Pour rire... hein Mamy.

- EN tout cas, s'il est aussi vaillant comme échevin que comme conseiller, la saleté a encore bien de beaux jours devant elle à Charleroi.
Voir le nombre effarant de questions posées sur son site.Embarassé

 

 

18:00 Écrit par Nat Janssens dans Eyenga | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charleroi, mr, reformateur, alain, echevin, conseiller, sonnet, gosselies, eyenga |  Facebook |

22/08/2008

Pauvre Léon de Charleroi

Sale temps pour celui qui a difficile d'avaler des moules carrées.

Il avait de fameuses couilles en or avant de retrouver sa place de roturier. Que de mandats bien sonnants notre ballant Léon n'a-t-il dû laisser!

Nos mandataires publics ont déposé la liste de leurs mandats. Enfin presque tous. Il est quand même étrange que des hommes politiques ne respectent pas les lois qu'ils votent. 

Bref, pour ceux qui veulent en savoir plus  http://www.democratielocale.info/liste_mandats_MB14aout08...

 

Casaert Léon

* Charleroi (ville de) Bourgmestre (titulaire ou ff)

Rémunéré 1/01/07 9/07/07

* Charleroi (ville de) Conseiller communal

Rémunéré 10/07/07 31/12/07

* BRUTELE Administrateur

Rémunéré 1/01/07 30/06/07

* BRUTELE Administrateur suppléant

Rémunéré 1/07/07 31/12/07

* Agence locale pour l'Emploi Administrateur

Non rémunéré 1/01/07 13/06/07

* AWITS Administrateur

Non rémunéré 1/01/07 30/06/07

* Carolidaire sc Administrateur

Non rémunéré

* Charleroi Centre-Ville Administrateur

Non rémunéré 1/01/07 8/11/07

* Marcinelle en Montagne Administrateur

Non rémunéré

* Mission régionale pour l'Insertion et l'Emploi à Charleroi MIRIEC Administrateur

Non rémunéré 1/01/07 30/06/07

* Val d'Heure sc (le) Administrateur

Rémunéré 1/01/07 14/06/07

* Amicale des Elèves et Anciens élèves de l'Ecole Clinique provinciale du Hainaut

Administrateur

Non rémunéré

* Institut Médico-Pédagogique Provincial René Thone Administrateur

Non rémunéré

* Fondation socialiste d'Information et de gestion FONSOC Employé

Rémunéré 10/07/07 31/12/07

* Parc des Sports de Charleroi asbl Administrateur

Non rémunéré

* Sinet scrlfs Président du conseil d'administration

Non rémunéré 1/01/07 30/06/07

* Comité Initiative de Gosselies Président

Non rémunéré

* Les Babypotes asbl Président

Non rémunéré

* Communauté française Chargé de mission

Rémunéré

 

09:30 Écrit par Nat Janssens dans Casaert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charleroi, public, mandats, casaert, gosselies, echevin leon, socialo |  Facebook |

21/08/2008

Ahhh!!! Internet messager de mensonges

C'est parfaitement honteux ce que l'on propage actuellement sur le Net!

Il y a encore des gens au PS qui ne sont pas d'abord animés par les problèmes des gens avant d'être animé par leurs intérêts.

1belgeSUR7estPauvre

 

13/08/2008

Cela se saurait

Si les socialistes apportent le bonheur et la richesse, cela se saurait à Charleroi... depuis qu'ils y sont au pouvoir.

13/07/2008

La police à Charleroi. Croquignolet.

Pour en savoir plus sur les moeurs à la police de Charleroi.

Comme "dirait " La Nouvelle Gazette": Fier d'être Carolo.Clin d'oeil

Cliquez z'ici

20/06/2008

Devise socialiste à Charleroi

Se servir avant de servir.

11/09/2007

Avis à Léon de Gosselies

Croche-pied de l’ami Léon Casaert, le préféré des vi sto.

V’là ti pas qu’il tire le pain de la bouche de notre amie Laurence W., l’échevine du 3e âge de Charleroi. Vous me direz qu’un peu moins de calories ne lui ferait pas de mal. Oui, mais ici c’est une image.

Le ballant Léon veut créer une ASBL qui organiserait les sauteries du 3e âge.

Sacré Léon ! Tu y tiens à ton bout de gras. Tu vas donc te représenter aux prochaines élections ? Madré dé dios ! C’est pas vrai ! T’as rien pigé! On NE veut PLUS te voir.

T’as goûté au pouvoir, c’est bien. A l’argent aussi. C’est encore mieux. Et tu veux continuer ? T’aurais même pas honte ? T’es toujours inculpé de faux, me semble-t-il !

Pendant ton règne à la tête du département du 3e âge, toutes les activités du département se déroulaient en stoemeling, loin des comptes officiels. Et vivent les caisses noires, me diras-tu, qui permettent la flexibilité.

Et la volatilité aussi ???

13/07/2007

Le chômage diminue à Charleroi

Un costume taillé à sa mesure. Voici notre syndiqué Léon K., notre innocent, ;-)) c’est lui qui le dit, chargé d’une mission de liaisons et de contacts par l’Empereur du Boulevard.

Qui dit que le P$ fait perdre de l’emploi à la Wallonie ? Que du contraire, il en crée. Et pas regardant le PS sur le CV du candidat. Il est inculpé ! Pas d’importance. Ah ! La belle humanité du cœur.

Un poste créé à ton aune, inutile, qui va te permettre de finir ta carrière peinard. Mais au fait, qui paye ton job ? L’argent des affiliés ? Wouais ! Le contribuable, car c’est l’Etat qui dote les partis. Et hop ! voilà un fonctionnaire de plus. Comme quoi, il est plus facile de trouver du travail quand on a une carte du parti.

19/06/2007

Bourgmestre de Charleroi inculpé

Not’ pauf’ Léon. Il ne comprend toujours pas qu’il risque entre 10 et 15 ans de prison. N’a rien fait, lui. N’ c’est pas enrichi, lui.

Donc, en suivant sa logique, tant qu’on a rien pris, on n’est pas coupable.

Faudrait revoir les circuits électriques de notre brave électricien de la Sonaca. Je voulais dire qu’il faudra ponter quelques neurones chez Léon.

Qui pourra dire s’il joue le niais ou s’il l’est vraiment ? Pourquoi a-t-il été choisi par VAN CAURLÉONE ? Dans l’équipe qu’il a choisie, quels sont ceux qui pouvaient gérer de façon intelligente un département scabinal ? Intelligente et autonome. La plupart était des braves types, ramasseurs de voix, sans plus… et fidèle au chef de la gauche St Estèphe carolo.

Va falloir qu’il recherche du boulot. Il a le choix en tant que spécialiste en aéronautique (voir avant) et valseur pour femmes languissantes. Comme Jacky, celui du grand Jacques. Non, pas Van Gompel. L’autre, le vrai, le pur.

Hommage

Même si un jour à Knocke-le-Zoute

Je deviens comme je le redoute

Chanteur pour femmes finissantes

Que je leur chante " Mi Corazon "

Avec la voix bandonéante

D'un Argentin de Carcassonne

Même si on m'appelle Antonio

Que je brûle mes derniers feux

En échange de quelques cadeaux

Madame je fais ce que je peux.

15/06/2007

Casaert et sa profession de foi

Ah ! le brave homme. Quelle candeur ! Ou quelle naïveté ! Notre mayeur, Léon CASAERT, répète à qui veux l’entendre qu’il ne sera pas inculpé. En est-il vraiment persuader ? Si oui, il reste le seul. Au rythme où les inculpations tombent, il n’est que sourds et aveugles qui pourraient affirmer le contraire. Autre supposition : il est , disons à côté de la réalité… pour être gentil. Encore heureux qu’il ait, pour Charleroi, démissionné.

Il sera encore conseiller communal. Pas de crainte à avoir.

Mais que faire du reste du temps ? Valseur pour femmes languissantes. Voilà un beau métier qui peut rapporter… à condition d’y mettre du sien, évidemment. Qui peut rapporter des votes, cela s’entend.

A moins que de continuer comme expert en aéronautique. C’est à ce titre qu’il est allé se promener avec les autres en Guyane, à Kuru. Avec les sous de la communauté, s’entend (bis).

Dernière possibilité, être reclassé dans un service de la ville. Il y a un autre Casaert au service Fêtes de l’administration. Entre personnes portant le même patronyme, il peut t’aider.

13/06/2007

Les branques-guignols à Charleroi

La troupe des Branques-guignols quittent Charleroi. La clique VAN CAU, ceux qui n’ont jamais rien fait, la main sur le cœur et l’autre sur …, nous quitte. Zio Elio en a voulu ainsi. Il était temps qu’il ouvre les yeux. L’Amour qui rend aveugle ou la peur des gonflettes de Jean-Claude Ier l’ont amener trop longtemps à tergiverser.

Et maintenant, pour masquer la défaite du parti, donc la sienne en temps que président du PS, il rejette la déculottée sur Charleroi. Charleroi, encore Charleroi. Décidément, un bouc émissaire commode.

Faudrait quand même lui dire à Zio que le pouvoir socialiste, depuis des décennies, a été le fossoyeur de la Wallonie. Les gens semblent comprendre. Un peu. Pas trop. Progressivement. Faudra du temps pour ne plus écouter les sirènes socialistes. Elles sont pourtant si belles et chantent si bien !

02/06/2007

Delbèque, un artiste?

SUITE.

L’autre, le copain comme cochon… non, le copain comme coquin possède un bel appendice nasal. Si j’osais, je le dirais. Lançons-nous, il est presqu’aussi beau que celui d’Olivier C. Ce que je n’aime pas, ce sont les yeux en fente de tirelire. Pas joli, joli. Peut-être es-tu ébloui par l’attrait de la richesse ou du pouvoir ? Non, non, pas ton genre.

Chacun à son look pour se faire reconnaître. Zio Elio a son nœud, parrain Jean-Claude sa barbe de blaireau, la reine d’Angleterre son chapeau. En parlant de cela, ne prends pas cela de mauvaise part mais je te dis tout de go, tu n’as pas une tête à chapeau. A claques peut-être mais pas à chapeau. Pour ce qui est de la chemise, pas de cravate. Normal. Le col ouvert ? C’est bien, le débraillé te va à ravir.

29/05/2007

Démagogie socialiste à Charleroi

DELBEQUE+leon

Démago le DELBEQUE?

Il promet. Or, que signifie le verbe promettre : annoncer , prédire. Il n’assure pas que les pensionnés auront une augmentation de 12 %, il prédit… sans obligation de résultats.

Et à qui a-t-il envoyé cela ? A ma mamy Yvonne. Aux faibles, aux innocents. A ceux qui espèrent.

« Faut pas croire les socialos, mamy Yvonne ». Pourquoi touches-tu si peu de pension ? Parce que les socialistes ont paupérisé la moitié de la Belgique. Ta p’tite pension, tu la dois aux socialistes, à leur gestion désastreuse de la Wallonie.

Ne dit-on pas « Copain comme coquin ». En parlant de coquin, l’autre à gauche de l’image, celui dont les ronds de jambes émoussent les plus endurcies au bal des vis paltots, regarde-le bien mamy Yvonne. Il n’en a plus pour longtemps. A l’hôtel de ville, s’entend. Non, je n’ai pas dit 100 ans à l’hôtel de ville. "Décidément, tu deviens sourde, mamy".

13/05/2007

Gosselies. Vieilles cartes postales

GOSSELIESLeopoldecolesWEBLes écoles sur la place Léopold à Gosselies au début du XXe siècle

23:27 Écrit par Nat Janssens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carte, postale, gosselies, charleroi, place leopold, ecoles |  Facebook |

20/01/2007

Les pratiques de Léon à Charleroi

Je ne peux m’empêcher de recopier in extenso l’article du journal (en page 6) Le Soir qui concerne les pratiques du bourgmestre de Charleroi, Léon CASAERT. Pratique d’un autre âge mais qu’il continue d’appliquer. Ah ! Monsieur ! La bonne gouvernance, c’est pour les gogos d’électeurs.

Titre : Les interventions de M. Léon

»Toujours en matière de bonne gouvernance, plusieurs rédactions carolorégiennes, dont celle du Soir, auront apprécié la portée symbolique d’un récent courrier adressé par le nouveau bourgmestre.

Léon CASAERT y appuie la candidature d’une jeune femme ayant postulé pour un poste d’employée dans les différents organes de presse. Une pratique d’un autre âge politique, aussi proche de l’ère de la bonne gouvernance que le précambrien l’est du XXIe siècle. « Puis-je vous demander d’examiner les possibilités de rencontrer sa demande et de me tenir informé du suivi que vous pourrez y réserver ? », écrit-il.

Pour dire ce que vous pensez de sa manière de faire, écrivez-lui. L’adresse est sur votre gauche.

Et qui a payé l'employé pour écrire et envoyer les courriers? NOUS, les Carolos.

13/01/2007

WAGNER et Van Cau. Copains comme...

Dans le dernier numéro du Vif-l'Express, en conclusion de l'article relatif à l'homme d'affaires Wagner et à son talent pour détourner l'argent, on peut lire en fin d'article la conclusion:

" La sicafi WEB* serait-elle bâtie sur du sable? En tout cas, elle semble née sous une bonne étoile. Ses promoteurs ont pu compter sur l'immense compréhension des autorités politiques locales - celles qui ont délivré les permis de bâtir - et des instances de contrôle financier."

* sicafi = société immobilière qui ne paie pas d'impôts sur les revenus.

- Qui octroie des permis de bâtir à la zone commerciale City Nord, fin des années 80? Les terrains étaient, suivant le plan de secteur, en zone industrielle. Réponse: le mayeur de l'époque.

- Qui loue à la ville de Charleroi des immeubles aux loyers élevés? Réponse l'ami de JCVC, Robert Wagner.

- Qui ne rembourse pas le subside public ? Bob W. C'est de ce dossier que s'occupe actuellement la justice. Il est inculpé pour corruption, au même titre qu'un haut fonctionnaire wallon, habitant la région de Charleroi. Comme on se pose la question: "A-t-il agi sur injonction?" Mais de qui donc?

10/01/2007

Pratiques du mayeur de Charleroi

Encore une pour Léon, c’est la dernière, promis, juré, enfin jusqu’à une prochaine… La fameuse revue INFO3 est un exemple caractéristique de ce que donne le clientèlisme.

Un amateurisme à tout crin de certains membres du personnel communal.

Celui (ou celle) qui a en charge la mise en page de INFO 3, ne connait rien en typographie. Comment a-t-il été recruté ? Sans doute par copinage ou plus certainement par « camaraderie ». Sa carte du parti faisant office de diplôme. Un examen pour la fonction aurait écarté cette personne, sans doute aucun.

Comment ne pas connaitre des bases élémentaires de la mise en page et de la typographie.

Des lignes de texte trop blanches. Des abréviations fausses, 3ème au lieu de 3e. Des abréviations du mot heure par H au lieu de h. L’usage de guillemets non français. J'en passe encore et encore.

Des détails, me rétorquera Léon. Non, amateurisme, comme l’ancienne gestion de la ville.

Léon, À L’UCHE

03:59 Écrit par Nat Janssens dans Casaert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : info 3, casaert, leon, gosselies, socialiste |  Facebook |

07/01/2007

A Charleroi, bonne gouvernance?

Dans le dernier numéro de la revue destinée aux seniors, INFO 3, on demande un professeur d’allemand qui viendrait, bénévolement, s’occuper d’élèves du 3e âge.

Bisquant, lorsqu’on songe à ces parvenus qui se faisaient rembourser des voyages à Carcassonne, aux Seychelles, des frais de bouffe dans les restaurants le samedi, le dimanche, jusqu’à trois fois par jour. Si DEMACQ est bien payé, en plus de son salaire d’échevin, pour ses heures prestées dans une ASBL, pourquoi demande-t-on à une personne d’être bénévole pour donner des cours ?

Autre chose. En page 5, une annonce : "Votre bourgmestre a le plaisir de vous offrir des cartes d’entrée pour assister aux rencontres suivantes…"Voilà que notre bourgmestre met la main à la poche pour nous offrir des places pour aller voir les Zèbres et les Spirous! Et un mensonge de plus ! Propagande, propagande. Léon, tu continues. A part cela, tu as dans ses compétences « la bonne gouvernance ». Triste.

Léon, Á L’UCHE.

08:28 Écrit par Nat Janssens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bourgmestre, mayeur, casaert, charleroi, ps, gosselies, info 3, senior |  Facebook |

06/01/2007

Les pratiques du bourgmestre de Charleroi

La tête pensante de notre ville, notre bourgmestre, continue comme par le passé ses pratiques douteuses.

Explication. Régulièrement, il envoie aux seniors quelques pages contenant la liste des activités propres à intéresser les personnes du 3e âge. Bien. Ce qui est choquant, c’est l’éditorial qu’il fait écrire et qu’il signe en son nom. Voilà une publicité à petit prix (pour lui) qui aide à se faire connaitre auprès d’un public fragilisé.

Autre chose. La seconde couleur d’impression employée est... devinez laquelle ? Du rouge. Gagné. Pas le bordeaux, le grenat ou le rouge anglais, non le rouge Ferrari. Celui qui évoque un certain parti.

Monsieur CASAERT, arrêtez ces pratiques indignes d’un futur grand homme politique !

07:47 Écrit par Nat Janssens dans Casaert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, casaert, leon, socialiste, charleroi, gosselies |  Facebook |

05/01/2007

Vieille carte de Gosselies

Vieille carte postale de la rue Vieille Montagne de la Clef à GosseliesGOSSELIESrueMontagneClefWEB

15:15 Écrit par Nat Janssens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gosselies, carte postale, montagne de la clef |  Facebook |

22/12/2006

Le mayeur de Charleroi

A lire un tout frais article sur Léon CASAERT, le mayeur de Charleroi dans Le Soir. Notre bien brave, comme il est dépeint, pourrait avoir lui aussi affaire avec la justice pour avoir eu certaines complaisances.

A lire en fin d'article. Cliquez ici

13/12/2006

Démission demandée à Charleroi

Pour changer l'image de Charleroi, Antoine nous offre un bout de métro en plus. C'est bien.

Comme quoi, un malheur peut provoquer le mouvement.

Revenons à l'image de notre ville. Quand on vous demande où vous habitez et que l'on répond Charleroi, les gens s'apitoient sur votre sort.

Merci les politiques! Merci à ceux qui ont voté pour eux. Il est temps de tourner la page ou, plutôt, de commencer un nouveau cahier. Pour cela, ne gardons plus de trace du passé. Que les échevins rescapés et le petiot de V.C. fassent un pas de côté comme dirait l'autre. La population n'a pas confiance en eux. Tournons la page.

"Ils ont été élus démocratiquement" dira l'homme à la tête de bébé-phoque. Oui, le 4 octobre. Qu'en serait-il aujourd'hui après les nouvelles affaires mises à jour par la justice. Si la juge n'avait pas attendu l'après-élection pour les dévoiler, le PS serait dans l'opposition.

04/12/2006

Charleroi et l'installation de son collège

Aujourd'hui, installation du nouveau collège à l'hôtel de ville à 18 heures 30.

Et si des dissidents PS formaient une nouvelle liste pour débarquer les vieux bourrins qui ont trempé dans le système Van Cau.

18/11/2006

Daniel LEBRUN, l'ami de Van Cau

Dans le dernier numéro du Vif-l'Express paru ce mercredi, on trouve 3 pages qui concernent Daniel LEBRUN, le "cerveau financier" de Van Cau.

Résumons.

D. LEBRUN

- a surtout contrôlé et validé les comptes de nombreux organismes à capitaux publics ASBL, Sociétés de logement social, intercommunales...

- a été le réviseur d'entreprise de la Régie communale autonome de Charleroi. C'est elle qui "oubliait" de reverser l'argent des horodateurs qui s'"échappait" vers les activités sportives de Despi. Les comptables de l'ULB indiquent dans un rapport: "Nous ne comprenons pas le silence ou l'absence de remarques du réviseur."

- a été choisi par Van Cau pour "auditer" Charleroi. C'est le fameux plan Tonus qui devait venir en aide aux villes en difficulté financière. Il ferme les yeux sur des malversations constatées après par la police judiciaire. Selon lui, ce n'était pas un audit que l'on lui avait demandé mais un simple avis.

- a été réviseur de la société coopérative qui gère le Palais des expositions de Charleroi ET un de ses actionnaires. Personne n'a vu ses 2 casquettes, surtout pas le Président de Charleroi-Expo, JC Van Cauwenberghe, avocat.

La liste pourrait s'allonger prochainement, selon le journaliste.

16/11/2006

Affaire Immo Congo à Gosselies

A Moscou, Van Cau paraît hyper serein. Evidemment, rien ne lui semble répréhensible. Et comme de bien entendu, pareil au camarade Jacques VG, il ne savait rien. Pour faire bref, tout est OK.

Daniel Lebrun, sur TéléSambre, donnait il y a 2 ou 3 jours, son avis sur l'affaire Immo Congo. C'est une affaire purement politique. Lui s'en lave les mains car l'administration a donné son feu vert pour la conclusion de l'affaire.

Dans Le Soir d'hier, on lit que Philippe SUINEN, le patron du Commissariat général aux relations internationales, a rappelé à Sabine GAUQUIER - épouse LEBRUN - que la transaction était contraire aux articles 1907 ter du Code civil et 494 du Code pénal.

Question? Namur ou Jamioulx? Prison pour femmes ou pour hommes?

Rappelons-leur que Robert WAGNER, l'homme d'affaires et ami de JCVC, est déjà allé manger à la cantine de Jamioulx.

La gare de Ransart vers 191411RANSART-la-gare-1914

14/11/2006

VAN CAU hyper serein

Tellement hyper serein qu'il se trouve en ce moment à Moscou. Pendant ce temps, les balles sifflent dans les médias. Tout le monde s'y met. Tous les partis ont envie de voir le brontosaure abattu. Surtout Elio.

Si la rénovation pouvait passer par la même occasion au collège PS de Charleroi.

Mettons des gens compétents au lieu des discoureurs et autres valseurs à mémères, sympathiques certes, mais peu capables de redresser une ville comme Charleroi.

12:50 Écrit par Nat Janssens dans Van Cauwenberg | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : van cau, demacq, ps, charleroi, casaert, gosselies, di rupo |  Facebook |