24/06/2007

Gosseliens. Gosseliennes. Chuuut!

Gosseliens, Gosseliennes, laissez-le en paix. Ce jourd’hui, le Tour St Jean serpente de chapelles en potales dans votre chère cité. Hé bien, si vous voyez un frénétique serreur de pognes, un rouleur de ronds de jambes, un baiseur de mamys, laissez-le en paix. Laissez-lui ses certitudes. Dites-lui qu’il sera toujours notre bourgmestre. Si vous aimez le genre humain, sauvez-le, comme dans sa chanson préférée. Avec égard et gentillesse. Chuuuut ! Léon passe. Pauvre Léon ! Il se croit toujours mayeur.