11/07/2007

Filou V.C. de Charleroi digère mal

Qu’il est grand qu’il est beau le fils à papa, notre P .V.C.

Avant-hier, dans ton discours à la commune, tu fus tout bonnement un vrai tribun. Et ta conclusion ! Bien sentie celle-là.

« Affecté mais grandi de cette épreuve » que tu as dit. Merveilleux ! Tu peux reprendre les entraînement au Basket Club de Ransart.

Tu oublies de dire que c’est pas grâce à tes compétences que t’as récolté autant de voix de préférence mais aux bras longs de papa et à ses cliens. Mais toi, Filou bien aimé, qu’as-tu fait à part embrasser les petites vieilles qui boivent leur Schotch à la Maison des 8 heures ?

Ah ! si. J’oubliais cheville ouvrière d’un tournoi de foot en salle qui porte ton nom. Facile quand on a un père tireur de ficelles d’avoir ce genre de facilité, n’est-il pas ?

VANcauJUNIOR