07/06/2008

Comment on gaspille l'argent à Charleroi

Ingrid et Antoine applaudissent. On crée du nouveau à Charleroi. Du jamais vu... à Charleroi. Quoi donc? Du Land Art. Kèzako? C'est la modification de paysage par des "artistes". Au Pays de la Maison des 8 Heures, ce sont cinq terrils qui voient s'abattre sur eux la patte de l'art, disons la main pour être plus respectueux du microcosme laborieux des artistes qui courent la subvention en lustrant la manche du petit peuple des hommes rouges.

Au sommet du terril du Bayemont à Marchienne, un "artiste" a peint des traces à la chaux. Les mouettes du canal tout proche en sont toutes retournées. De l'art rien que pour elles. Merveilleux! Et en plus, elles peuvent modifier le tableau en apportant de merveilleuses touches de couleur blanche.

Bref, tout pour la mouette rieuse et rien pour le Dochard.

Sur le terril derrière Makro, des vandales-artistes ont créé un happening en libérant les moutons qui paissaient là dans un enclos en forme de huit renversé. Bravo, voilà de l'art vivant qui nous change bien des postures du camarade artiste Charles Delporte.

Et le têton des Piges qui descend du ciel, il nous a bien fait attendre. Question organisation, faudra revoir cela. Tiens! à propos, une question... de quelle obédience fait partie cette ASBL?

Allez une deuxième. Cela a coûté quand même à la collectivité ce demi ratage. Combien?

 

 

23:39 Écrit par Nat Janssens dans Colicis | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : piges, land art, charleroi, bayemont, hiercheuses, pic-s, rafales, asbl, terril |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.