03/05/2008

A Charleroi, ils travaillent pour le bien public???

"Philippe Sonnet se pointe par surprise, s’étonne de voir le tracteur allumé mais à l’arrêt et les trois ouvriers en grande discussion plutôt que sur les terrains. Didier Beugnies lui explique: “J’entends souvent dire qu’il fait trop sec ou trop
mouillé pour travailler. Mais il est possible, en attendant, d’arranger ici, de ressemer là-bas...
Plusieurs fois, j’ai dû arroser moi-même car cela ne fait, paraît-il, pas partie de leurs attributions... Ils me disent aussi que les terrains ont déjà été pires mais on ne peut pas se contenter de ça!

Extrait trouvé dans La Nouvelle Gazette de mardi 29.

Là, tu m'étonnes. Des ouvriers qui discutent au lieu de travailler. Tu m'étonnes, ma pomme.

Quand des gens incapables sont nommés par la grâce de la petite carte rouge, cela donne une ville instable, mal gérée à l'image négative.

Pourquoi pas instaurer des concours de sélection pour le personnel communal? 

 

 

08:15 Écrit par Nat Janssens dans Sonnet | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ouvrier, communal, communaux, charleroi, ville, sonnet |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.